Soigner le hoquet/ Cure the hickup - Lelo y Tata - Sel/Salt

 

Hoquet- Hickup

 

Dans notre campagne. pour stopper le hoquet du nouveau-né, on dit qu'il faut déposer sur le milieu du front du bébé un tout petit morceau de papier journal, collé avec un peu de salive de la maman. Ca stoppe direct le hoquet. Je l'ai vu hier.


In our countryside, to stop a newborn baby from having hickup. they say that we must stick on his forehead a little piece of newspaper, stuck with some saliva from the mother. It works directly. I just saw it yesterday. 

 

LELO y TATA


Ici, la grand mere se dit "LELO" et le grand pere "TATA"

Je ne sais pas d'ou ca provient cependant.

Ce que je trouve marrant, c'est que justement dans cette culture ou les prénoms de filles se terminent souvent en -a et ou les prénoms de garcons en -o, dans cette situation ce soit inversé.

 

Here a grandmother is called "LELO" and a grandpa "TATA"

I do not know where it comes from though.

But what I think is funny, is that in this culture where feminine names very frequently end up with -a and that masculine names end up with -o, in this situation it is reversed.

 

SEL - SALT

 

Un sujet qui intéressera peut etre des étudiants en anthropologie en quete de sujets d'etudes justement.....: La place du sel dans la culture chilienne ( et si ca se trouve ca va bien au dela de la seule culture chilienne, ou bien ca a des racines dans les cultures natives mapuches ou aymara je ne sais pas).


Lorsqu'a eu lieu le tremblement de terre en février dernier, il n'y a pas eu de pénurie... sauf le sel. Les gens achetaient des tonnes de sel, et les rayons de sel étaient absolument vides. Impossible d'en trouver. Et lorsque des voitures particulieres, des associations, des eglises passaient pour faire des collectes pour les plus nécessiteux sur la cote, les gens offraient beaucoup du sel...Alors que le sel n'est vraiment pas la denrée dont le corps a le plus besoin en cas de nécessité.

Je me suis dit qu'il y avait surement quelque chose de culturel derriere.


Une amie m'a dit qu'il y avait beaucoup de croyances supersitieuses par rapport au sel ici. Que par exemple, dans son entourage, on disait qu'une maison ne pouvait pas passer la nouvelle année sans avoir du sel dans les placards, sous peine de porter malheur pour l'année a venir. Elle m'a aussi raconté le cas d'une amie a elle qui pour la nouvelle année, achetait 12 paquets de sel, un pour chaque mois, pour la bonne fortune. 

Un autre ami a nous nous a dit qu'une table sans sel, au Chili, n'etait pas une table bien garnie.

Alors avis aux étudiants d'anthropologie..... y'a un sujet a creuser.

 

Here is a subject for anthropology students that would be looking for subjects to develop in thesis actually.....: the place of Salt in the chilean culture (and maybe it is not only in chilean culture but in the indigenous roots of the chilean culture and can be found in the aymara or mapuches beliefs, I dont know.)


When we had the Earthquake last february, the only thing that was hard to find was...... the salt. People would buy tons of salts, and in the supermarkets, what was missing for everyone had bought it, was the salt in fact. Amazing. When particulars, associations or churches would come to collect food and clothes for the villages on the coast, people would give salt, as if it was one of the first necessities. Well, we all know that salt is really not what the body needs in these times of necessity though.

I really thought that there was something cultural behind.


A friend of mine told me that there were actually many superstitious beliefs around the salt. That for example, she had heard more than once that a house should not pass the New Year without having salt inside the house. It would bring bad luck. Or that a friend of her would by 12 bags of salt for New Year, one per month for good luck.

Another friend told us that here, in Chili, a table without salt is not a well prepared table.

So call on to anthropology students... I think there is a subject here to investigate.